4. Colorisation de l'arrière-plan vers l'avant-plant (2)

28,155 vue(s)
ClipStudioOfficial

ClipStudioOfficial

[1] Peindre les berges de la rivière

■ Dessin sommaire


Je configure le taux d'opacité de la [Plume Maru] sur 60 % / 70 %, puis commence à peindre les pierres et l'herbe situées de chaque côté de la rivière.


Il est difficile de maintenir l'équilibre général, car l'herbe et les pierres sont des éléments difficiles à dessiner avec précision.

Comme c'est un avant-plan où la lumière vient frapper, j'aimerais le dessiner avec précision, mais dois prendre garde à ne pas le peindre avec trop de rigueur pour qu'il ne vole pas la vedette au pont. Je décide de ne pas dessiner en détail les éléments un à un, mais plutôt de tracer de façon aléatoire certaines pierres ou plantes caractéristiques afin d'atteindre une atmosphère suffisamment crédible.


Étant donné que plusieurs roches roulent sur les bords de la rivière, je décide en premier lieu de peindre la couleur de la totalité des pierres tout en prêtant attention à la lumière et à l'herbe.

Je dessine plusieurs types de mauvaises herbes afin qu'elles ne deviennent pas monotones.


J'appose un peu partout des pierres de toutes les tailles et m'assure que leur disposition soit éparse et non linéaire.


Je garde la finition pour plus tard et continue à travailler en faisant le point sur la progression.



■ Finition des détails


Une fois que j'ai terminé de dessiner sommairement les berges de la rivière, je commence la finition des petits détails.

Trouvant que la jonction entre les pierres et les herbes est trop fade, je décide d'ajouter davantage de roches partiellement visibles entre les hautes herbes pour obtenir une allure plus naturelle.


Pour démarquer la limite entre la lumière et l'ombre des hautes herbes, il est bien de les dessiner unes par unes, mais de ne pas en dessiner trop en même temps pour donner une impression de finition à l'illustration.

De surcroît, je conseille de faire frondre chaque brin d'herbe dans l'environnement au lieu de dessiner le tout distinctement.


Avant de conclure le tracé des détails, j'ajoute ici et là des reflets lumineux sur les feuilles et les pierres tout en gardant un œil sur l'ensemble.


[2] Dessiner la finition

■ Finition des herbes de l'avant-plan


Je procède aussi à la finition des herbes du premier plan. Je dessine ces éléments rapidement, car ils ne sont pas des parties marquantes de l'image.

Des rayons perçant le ciel diffusent de la lumière sur certaines parties ; j'ajoute une teinte blanche bleutée pour marquer les endroits illuminés par le soleil.


Afin que les herbes des berges ne deviennent pas monotones, je décide d'en tracer des rondes et des longues de différentes formes.

J'utilise des photos en guise de référence pour dessiner une herbe bien réaliste.



■ Finition de la surface de l'eau


Une fois les berges terminées, je poursuis avec la finition de la surface de l'eau.

Celle-ci est pratiquement déjà finie ; je décide néanmoins d'ajouter un peu de mouvement et de courant, de même qu'un peu d'écume blanche pour mettre à niveau certaines zones.


Il est pratique de peindre la surface de l'eau sur la sous-couche, car celle-ci perd de sa transparence et de sa crédibilité si elle est « trop dessinée ».

Je vous conseille de créer un nouveau calque et d'y apposer vos corrections si vous n'êtes pas encore très habitué à dessiner ; ainsi, vous pouvez simplement supprimer le calque si jamais vous vous trompez et recommencer sans problème.


[3] Peindre le pont

Je conclus en peignant le dernier élément non retouché : le pont. Je corrige la sous-couche en premier.


J'utilise la [Plume Maru] après avoir réglé son taux d'opacité sur 30 % pour créer une variation des couleurs de la pierre en ajoutant des teintes de brun et de blanc.

Si jamais je remarque que la couleur de la pierre ne se fond pas bien dans le décor, j'extrais la couleur que je viens de mélanger sur la toile avec la [Pipette], reviens en arrière, puis utilise la couleur extraite pour peindre de nouveau plus naturellement.

Note : Pour plus de détails sur cette technique, veuillez consulter le point 4 « Développement de la sous-couche » de la partie 2.


Ayant terminé la sous-couche, je peins l'écart entre les pierres unes à unes. J'extrais la couleur du pont avec la [Pipette], règle le taux d'opacité de la [Plume Maru] sur 50 % et suis le tracé de la sous-couche.

Pour ne pas rendre mon paysage ennuyeux, je trace des espaces plus larges entre certaines pierres et varie la grosseur de celles-ci.


Je confirme l'ensemble en regardant attentivement des photos en guise de référence.

En général, je dessine relativement pâle au début et ajoute de l'ombre et de la profondeur à mesure que mon travail progresse et que je suis capable de confirmer la totalité du dessin.

Personnellement, j'aime beaucoup peindre les briques et les pierres, c'est pourquoi je les trace une par une à la main. Si vous êtes de ceux qui trouvent ce procédé ardu, vous pouvez utiliser des matériaux ou textures prédéfinies pour les dessiner. L'important est de s'amuser en dessinant !


J'ajoute des reflets lumineux après avoir terminé de peindre les crevasses et espaces entre les pierres.

Je dessine ces accents pour rehausser la texture rugueuse des roches.

Puis, je commence à ajouter des reflets un peu partout tout en confirmant l'équilibre de l'ensemble.


J'ai terminé de peindre le pont.


La prochaine fois, je vais passer à l'étape de la « finition ».

Commentaire

Nouveautés

Nouveautés de la catégorie Officiel